Les Amérindiens de The West

Forum ( le + RP possible) de joueurs - http://the-west.fr
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Débats divers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Peaudours
Grand guerrier
Grand guerrier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 225
Age : 66
Localisation : Sa caverne d'ours !
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Débats divers   Mer 4 Fév - 3:56

L'Indianisme ... Il y a ceux que l'on pourrait prendre pour des "gamins attardés" parce qu'ils passent leur temps à se costumer, à danser et chanter comme les Indiens, à faire du cheval, du tir à l'arc ... etc ...

Mais quelque fois, derrière cette façade folklorique, il y a aussi des gens qui militent pour la reconnaissance des Nations Indiennes, et se sentent solidaires de leurs frères rouges !
Ci-dessous, la citation d'un texte trouvé sur un site intéressant : "Le Grain de Sable")

Je, nous, blessés
(Genoux blessé = Wounded knee Wink )

Ceux qui ont proclamé la mort et ceux qui ont cherché à tuer sont les mêmes. Il n'y avait pas dix ans que les Français étaient en Louisiane qu'ils annonçaient déjà la disparition de tribus entières. De disparition en disparition, où est l'Indien, cette ombre qui hante et qui attire?

Quelles tombes la civilisation européenne n'a-t-elle pas refermées sur lui? Sur la colline même de Wounded Knee, la terre qui recouvrit les cadavres des trois cents Indiens massacrés en 1890 s'est elle-même recouverte depuis de trois églises et d'un centre commercial pour touristes. Tant de tombeaux! D'un monde frappé et frappé encore dans son corps et dans son âme, d'un monde spolié et réduit à rien, bouleversé, dénaturé, défiguré, divisé, que peut-il rester qu'un chant nostalgique, le cadavre de l'Indien et son ombre dans nos mémoires? Les ethnologues qui apprécient les civilisations d'après leurs formes extérieures, d'après leurs structures économiques, politiques, sociales, ceux-là ne peuvent que conclure à la mort de l'Indien, étouffé sous tous les linceuls dont on l'a enveloppé.

Où sont le bison et les autres animaux, où est la prairie, où sont les forêts? Le monde physique américain est disparu. où est l'économie indienne quand compagnies minières et industrielles, fermiers blancs et entreprises touristiques s'installent sur les réserves, quand les Indiens ont perdu l'essentiel de leurs terres?

Où sont la dignité et l'indépendance des nations quand le Bureau des Affaires Indiennes agit à sa guise sur les réserves, avec, le plus souvent, la complicité de conseils et de présidents élus, qui sont des marionnettes entre ses mains? où sont les chefs, les guides spirituels, les clans, les conseils des hommes et des femmes?

Où est la cohérence des sociétés indiennes, quand, de la masse indienne, chômeurs, paysans pauvres des réserves, prolétaires des villes, se détachent les Indiens promus fonctionnaires du B.I.A., ou dirigeants politiques des tribus, ou même cadres de la société blanche? Quand les différences de classe et les conflits de pouvoir (et il serait possible de réduire à ces seuls termes ce qui s'est passé à Wounded Knee) de la société américaine traversent et divisent si réellement les sociétés indiennes?

Où est la culture indienne, quand elle est folklore pour les touristes, quand la moitié des Indiens sont dispersés dans les villes? Où est l'Indien quand l'alcoolisme, la criminalité, le taux des suicides témoignent si évidemment de son désespoir et de sa faiblesse?

De disparition en disparition où est l'homme rouge: esprit fantôme d'un Indien blanc, militant à l'intérieur de la société blanche, comme n'importe quel groupe sociologique blanc, pour des revendications catégorielles? Les Indiens demandent de meilleures conditions d'hygiène, de travail, de justice; ils demandent des terres et se battent pour leur développement économique. Et même leur volonté d'indépendance et d'autodétermination, si clairement affirmée à Wounded Knee, ne finit-elle pas de les assimiler aux prolétaires blancs et aux états du Tiers-Monde?

Alors où est l'Indien disparu, dans cet Indien blanc tout prêt et tout façonné pour le soutien des gauches européennes?


Ce qui frappe dans les luttes indiennes d'aujourd'hui, si diverses soient-elles, si diverses soient les stratégies et les tactiques dont se réclament les différents leaders et mouvements indiens, c'est le sens moral identique qui les soutient, anime et les unifie : richesse et énergie intacte de la civilisation indienne, qui font de tous les combats qu'elle mène, armé, politique, économique, juridique, philosophique, interne, autre chose que la somme de tous ces combats, le combat d'une totalité humaine irréductible et indivisible. Totalité qui n'a jamais cessé d'être et qui ne tient à aucun signe visible; un secret qui est aussi celui que nous cherchons.

C'est cette totalité, le sens vivant qu'ont les Indiens d'être des hommes, des nations, un univers, qui leur a permis de traverser, blessés mais debout, cinq siècles d'une agression démesurée et qui allait et va toujours s'accroissant. Wounded Knee marque assurément le début d'une nouvelle phase dans la guerre et la lutte indiennes. Mais il est faux de dire que s'y exprime une renaissance de l'âme indienne. Il faudrait pour cela qu'elle fût morte auparavant. L'apparent silence qui sépare le massacre de 1890 à Wounded Knee, de l'occupation du même lieu en 1973 n'est qu'une illusion de notre surdité. Car durant tout ce temps, la guerre indienne a continué. Et il a bien fallu qu'elle durât, il a bien fallu qu'il y eût des guerriers, pendant toute cette période, pour qu'alors, quand personne ne faisait attention à l'Indien, quand sa disparition semblait chose acquise, quand la pression du gouvernement, des Eglises, des exploiteurs et destructeurs de toute sorte s'exerçait sans scandale, tandis que s'éteignaient peu à peu les derniers Indiens qui avaient connu, avant la défaite militaire, l'indépendance et la vie d'autrefois, il a fallu alors des guerriers pour que, malgré tous les efforts contraires, la langue, les traditions, la cohérence tribale, les valeurs morales indiennes se transmettent, vivent, et que soient déterminés les moyens de leur transmission, de leur survie, de leur récréation.

L'Indien d'aujourd'hui qui circule en voiture, fait des conférences de presse, émet des revendications politiques ou économiques, entre en conflit idéologique avec d'autres Indiens, ne nous parait-il plus Indien? Par rapport à quel Indien? Celui du XVIIIème siècle? Alors la guerre tribale faisait rage, tandis qu'un commerce extensif avec les colonies européennes introduisait en masse dans les tribus les objets manufacturés des Blancs. Ce commerce était imposé aux Indiens ; quant à la guerre tribale, tout prouve qu'elle n'existait pas avant l'arrivée des Blancs. Les conditions dans lesquelles s'exerçait la résistance indienne au XVIIIème siècle étaient tout aussi artificielles qu'aujourd'hui. Les conditions ont changé, l'Indien demeure. Seule, une vision romantique nous persuade du contraire. L'Indien demeure, et aussi sa résistance, simplement plus difficile de nos jours car l'agression adverse s'est accrue et diversifiée. Un Indien le disait récemment à propos de la Danse du Soleil : "Les jeunes hommes se sont amollis ? ... Non, à beaucoup d'égards, les danseurs d'aujourd'hui sont plus braves que ceux des temps passés. Ils doivent combattre non seulement, la fatigue, la soif et la douleur, mais aussi l'ennemi qui est dans leur propre cœur, l'incrédulité, les doutes, la tentation de partir pour la ville et de ne vivre que pour gagner de l'argent et du confort."

Où est l'Indien disparu ? Il combat toujours. La nature de la guerre n'a pas changé, ni la nature de la résistance indienne. L'agression de la civilisation blanche est aujourd'hui totale, n'épargne aucun domaine de la vie. Elle se confond avec celle que nous subissons ici depuis longtemps. C'est pourquoi l'irréductibilité indienne est aussi un message qui nous est adressé. Au long de tous ces siècles, il se peut que l'Indien ait appris certaines formes du désespoir. Mais il a appris à nourrir aussi un légitime sentiment d'orgueil, à mesure qu'il connaissait mieux la société européenne et à mesure qu'il maintenait l'essentiel de son identité. Il a appris à nourrir l'orgueil légitime de sa propre culture, face à ce que Russel Means appelle "the white uncivilization". Le monde indien s'ouvre sur l'avenir et les richesses morales dont il est plein doivent déborder, comme le disaient les Sioux Teton, au lendemain de Wounded Knee : "Notre peuple a prédit la destruction qui s'étendrait sur ce pays, jusqu'à ce que l'homme blanc cause la souffrance de chaque être. Alors et alors seulement, l'homme blanc se tournerait vers l'Indien pour qu'il lui indique une direction spirituelle. Ce jour est maintenant venu."

La civilisation dominante, ayant fini de conquérir le monde, s'est entretuée deux fois et l'angoisse et les troubles en elle n'ont fait que croître. C'est bien pourquoi la voix de l'Indien se fait entendre. Moins parce qu'elle est plus forte que parce que le monde blanc, dans la mesure même où il est plus agressif, se lézarde moralement.

De disparition en disparition, où sommes-nous, tandis que nos révoltes, nos espérances, nos utopies ont été cent fois écrasées et bafouées ? Où sommes-nous, enterrés sous les structures étatiques, religieuses, économiques, idéologiques, dressées sur nous depuis si longtemps ? L'Indien vivant invite à se réveiller dans sa propre vérité les Européens disparus.

R Renaud


Pour mieux connaître les luttes des indiens, je vous invite à visiter le site de l'American Indian Movement (cliquez sur le dessin)
Revenir en haut Aller en bas
Museline
Jeune brave
Jeune brave
avatar

Féminin
Nombre de messages : 48
Age : 51
Localisation : Québec
Date d'inscription : 07/02/2009

MessageSujet: Re: Débats divers   Sam 7 Fév - 20:30

Moi je suis de déscendance amérindienne
ma grand-mère paternelle en était une!
Revenir en haut Aller en bas
Peaudours
Grand guerrier
Grand guerrier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 225
Age : 66
Localisation : Sa caverne d'ours !
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: Débats divers   Sam 7 Fév - 23:42

Museline a écrit:
Moi je suis de déscendance amérindienne
ma grand-mère paternelle en était une!
Et tu n'es pas "raciste" envers les blancs européens qui "jouent aux indiens" ? Parce que j'en ai rencontré un sur le net, et ça a été chaud !
Revenir en haut Aller en bas
Museline
Jeune brave
Jeune brave
avatar

Féminin
Nombre de messages : 48
Age : 51
Localisation : Québec
Date d'inscription : 07/02/2009

MessageSujet: Re: Débats divers   Dim 8 Fév - 18:35

Non moi le racisme je laisse ça au gens qui manque de confiance en eux!

Ene refusant de faire entrer le racisme dans ma vie.. ceci fait que j'accepte les différences de tous!

Attention cela ne veut pas dire que je peut déceler des imbéciles de notre sociétés!
lolllll
Revenir en haut Aller en bas
sakehanska
Pied-Tendre
Pied-Tendre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2
Age : 53
Localisation : seine maritime
Date d'inscription : 18/08/2011

MessageSujet: Re: Débats divers   Jeu 18 Aoû - 18:53

Museline a écrit:
Non moi le racisme je laisse ça au gens qui manque de confiance en eux!

Ene refusant de faire entrer le racisme dans ma vie.. ceci fait que j'accepte les différences de tous!

Attention cela ne veut pas dire que je peut déceler des imbéciles de notre sociétés!
lolllll
la réponse est sage ..
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Débats divers   

Revenir en haut Aller en bas
 
Débats divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PPS voyages (divers)
» Ici on fait des débats
» [Divers] Menu transcendant et prêche
» Quiz divers sportif
» Les faits divers d'une âme vengeresse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Amérindiens de The West :: [HRP] Place à la Culture Amérindienne :: Indianisme-
Sauter vers: